Étude d’inventaire des zones humides et d’élaboration de modalités de gestion sur le bassin Allier aval

Compte tenu des enjeux associés aux zones humides (préservation de la qualité des eaux, biodiversité, régulation des débits…), les membres de la Commission Locale de l’Eau du SAGE Allier aval ont souhaité engager une démarche d’inventaire des zones humides sur l’ensemble du périmètre du SAGE. L’objectif est de pouvoir assurer la gestion et la protection de ces milieux, qui ont été largement dégradés au cours des dernières décennies.

Cet inventaire a été officiellement lancé au cours d’une réunion de la commission technique zones humides le 15 octobre 2019 .

Cette page est destinée à rendre compte de l’avancement de cette mission portée par l’Etablissement public Loire en collaboration avec les collectivités locales.

Elle comprend :

Contexte général :

Les zones humides sont utilisées depuis des millénaires et les premières grandes civilisations du Proche Orient se sont établies sur des zones humides, en plaine alluviale du Tigre et de l’Euphrate à Sumer, puis du Nil en Egypte. Cependant, les zones humides n’ont pas toujours bénéficié d’un regard favorable de la part des populations. Jusqu’au XIXe siècle, ces zones sont considérées comme des lieux hostiles, insalubres, dangereux ou inutilisables. A ce titre, les hommes ont mobilisé des énergies considérables pour « assainir » ces milieux.

En France, 2/3 des zones humides originelles ont été détruites. Au cours du XXème siècle, 2.5 millions d’hectares, soit 3 fois la superficie de la Corse, ont disparu. Cette régression s’est ensuite limitée grâce à un renforcement des mesures de protection et de gestion. La convention de Ramsar (1971), précurseur d’une prise de conscience environnementale au niveau international, a identifié l’importance des zones humides tant pour son patrimoine naturel que pour les services rendus à l’humanité et l’interconnexion entre l’homme et les milieux aquatiques, bien avant le sommet de la Terre à Rio et la Convention sur la diversité biologique (CDB ; 1992).

Aujourd’hui, l’importance des zones humides est reconnue notamment en termes de fonctionnalités. Il a ainsi été mis en évidence que leur préservation coûte 5 fois moins cher que la compensation des services qu’elles nous rendent !

Les zones humides constituent en effet :

  • Un filtre naturel des eaux contre les pollutions ;
  • Un rôle tampon dans le cycle de l’eau :  écrêtement des crues des rivières, soutien des faibles débits d’étiage avec la restitution progressive des eaux stockées, recharge des nappes ;
  • Un support à diverses activités humaines  :
    • l’agriculture grâce à ses ressources naturelles : herbages, pâturages, exploitations forestières ;
    • les activités récréatives en tant qu’espaces naturels situés à proximité de secteurs urbanisés  et favorables à la chasse, la pêche et les randonnées ;
  • Une entité paysagère:  contribuant ainsi à la qualité et à la diversité des paysages ;
  • Un milieu riche en biodiversité : tant faunistique que floristique.

Une nouvelle valeur apparait, dans un contexte de lutte contre le changement climatique : la fonction de stockage du carbone. Le dernier rapport du GIEC recommande « la non-destruction des écosystèmes à haute valeur carbone comme les tourbières et les marais .

Cadre de l’inventaire

Sur le territoire du SAGE Allier aval, les membres de la Commission Locale de l’Eau souhaitent préserver l’ensemble des zones humides et ont formulé plusieurs recommandations de gestion au travers des dispositions suivantes, en accord avec le SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021) :

  • D 7.4.1 Protéger les zones humides dans les documents d’urbanisme et favoriser leur intégration dans les projets.
  • D 7.4.2 Engager un programme de préservation et de reconquête des zones humides.

Toutefois, ces objectifs ne sauraient être atteints sans une connaissance préalable des zones humides, tant en termes de localisation que de fonctionnalités, d’usages et d’état de conservation de ces milieux.

L’état des lieux du SAGE Allier aval a mis en évidence des connaissances très disparates concernant les zones humides du territoire. Un travail de pré-inventaire a alors été engagé en 2011-2012, afin d’identifier les secteurs les plus propices à la présence de zones humides

Ce premier niveau de connaissance s’avère cependant insuffisant pour engager de véritables mesures de préservation et de gestion. En effet, la préservation des zones humides sur notre territoire ne se fera pas sans l’implication des exploitants agricoles et forestiers qui valorisent ces ressources, des propriétaires fonciers, ainsi que des élus des collectivités locales au titre de leur compétence en matière d’urbanisme.

Objectifs

C’est pourquoi, dans un souci de cohérence sur l’ensemble du périmètre du SAGE Allier aval, la Commission Locale de l’Eau (CLE) a souhaité :

  • Engager un inventaire participatif des zones humides au sein des enveloppes de forte probabilité de présence identifiées en 2011-2012;
  • Puis sur ces bases, définir une stratégie d’intervention pour leur protection, leur préservation et leur restauration à deux échelles , avec des priorités et mesures à l’échelle du territoire du SAGE et d’autres conçues localement à l’échelle des principaux bassins versants qui le composent.

Compte-tenu de l’ampleur du territoire, cette mission se déroulera tout d’abord sur deux ans (2020-2021) , la priorité étant donnée aux territoires dotés d’une démarche de gestion concertée de l’eau et des milieux aquatiques à l’échelle de bassins versants. Si les financements le permettent elle se poursuivra jusqu’à début 2024, suivant deux tranches conditionnelles de un an chacune.

Portée par l’Etablissement public Loire, cette mission a été confiée aux bureaux d’études Acer Campestre et CESAME, principalement en charge des parties techniques et au cabinet Contrechamp en appui pour les phases de concertation.

État d’avancement

Pour la première année (2020), cet inventaire concernera :

  • Le territoire du Contrat territorial porté par Vichy Communauté et bassins versants limitrophes ;
  • Le bassin versant de la Veyre, dont le Contrat est porté par le Syndicat Mixte des Vallées de la Veyre et de l’Auzon ;
  • Le territoire d’Agglo Pays d’Issoire.

Cet inventaire se veut participatif, impliquant au maximum les acteurs locaux, gage d’acceptation de la démarche et d’investissement dans la prise en compte et la préservation des zones humides à l’avenir.

Pour chacun des territoires ci-dessus, un comité technique local a été créé. Il associe les acteurs locaux concernés (Chambres d’Agricultures, EPCI, CEN, Fédérations Départementales de la Pêche et des Milieux Aquatiques, Fédérations départementales de la Chasse, Union des Coopératives Agricoles, LPO…). Les trois comités concernés par des investigations de terrain en 2020 ont été réunis une première fois en novembre 2019 pour présenter / discuter la démarche, affiner la méthode et définir les modalités de concertation locale, mise en œuvre dans le cadre de groupes de travail locaux . Le découpage géographique de ces instances de concertation locale est le suivant :

Ces groupes de travail locaux seront réunis début janvier dans le but de présenter le déroulement des inventaires, de recueillir les connaissances d’élus, de propriétaires et d’usagers locaux, d’échanger avec eux sur les enjeux associés aux zones humides (usages, intérêts, contraintes…) et de lever d’éventuelles craintes par rapport à l’inventaire.

Ces réunions auront lieu :

  • Pour le territoire d’Agglo Pays d’Issoire:
    • Groupe Lembronnet, Cé, Ruisseau des Parcelles : le Mercredi 8 janvier 2020 à 9h30 à la salle du centre associatif et culturel l’infirmerie, 3 avenue des mineurs, La Combelle, 63570 Auzat-la-Combelle 
    • Groupe Eau-mère / Ailloux : le Mercredi 8 janvier 2020 à 14h00 à la salle des fêtes de Sauxillanges (17 avenue Girod Pouzol, 63490 Sauxillanges).
  • Pour les bassins versants de la Veyre et du Charlet :
    • Groupe « Plaine » : le Jeudi 9 janvier 2020 à 9h00 à la salle des fêtes des Martres-de-Veyre (5 allée des écoles, 63730 Les Martres-de-Veyre), 
    • Groupe « Montagne » : le Jeudi 9 janvier 2020 à 13h30 à la salle du Conseil de la mairie d’Aydat (le Bourg, 63970 Aydat).
  • Pour Vichy Communauté et affluents associés :
    • Groupe rive droite sud de l’Allier : le Lundi 13 janvier 2020 à 14h00 à la salle des fêtes de Busset (le Bourg, Busset – 03270) 
    • Groupe rive gauche de l’Allier : le Mardi 14 janvier 2020 à 9h30 à la salle récréativ’ (6 place Robert Chopard (derrière Jardiland), Charmeil -03110)
    • Groupe rive droite nord de l’Allier: le Mardi 14 janvier 2020 à 14h30 à la salle polyvalente de Saint-Etienne-de-Vicq (St-Etienne-de -Vicq – 03300)

Pour plus de détails sur la démarche engagée, nous vous invitons à consulter les lettres d’informations par territoire par l’intermédiaire des liens suivants :

Cette étude d’inventaire des zones humides et d’élaboration de modalités de gestion sur le bassin Allier aval est cofinancée par l’Union européenne dans le cadre des Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) et par l’Agence de l’eau Loire Bretagne.