Inventaire de zones humides et plan de gestion (2019-2022)

Compte tenu des enjeux associés aux zones humides (préservation de la qualité des eaux, biodiversité, régulation des débits…), les membres de la Commission Locale de l’Eau (CLE) du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Allier aval ont souhaité engager une démarche d’inventaire de zones humides sur l’ensemble du périmètre du SAGE.

L’un des objectifs finaux étant de pouvoir s’assurer de la bonne protection de ces milieux, largement dégradés au cours des dernières décennies, et de la mise en place de mesures de gestion, si nécessaires.

Cet inventaire a été officiellement lancé au cours d’une réunion de la commission technique zones humides le 15 octobre 2019 .

Cette page est destinée à rendre compte de l’avancement de cette mission portée par l’Établissement public Loire en collaboration avec les Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) locaux et les collectivités locales.

Cette page comprend :

Contexte général »

Contexte général :

Les zones humides sont utilisées depuis des millénaires, preuve en est avec l’installation des premières grandes civilisations du Proche-Orient sur des zones humides : en plaine alluviale du Tigre et de l’Euphrate à Sumer mais aussi en bords du Nil en Égypte. Malgré leur utilité agricole, les zones humides ont longtemps été mal perçues par les populations. Jusqu’au XIXème siècle, ces zones étaient en effet considérées comme des lieux insalubres, hostiles ou encore inexploitables. À ce titre, les hommes ont mobilisé des énergies considérables pour « assainir » ces milieux, la plupart du temps en les asséchant purement et simplement.

En France, 2/3 des zones humides originelles ont été détruites. Au cours du XXème siècle, 2.5 millions d’hectares de zones humides, soit 3 fois la superficie de la Corse, ont disparu. Cette destruction s’est ensuite ralentie grâce à un renforcement des mesures de protection et de gestion sans pour autant s’arrêter complètement, même aujourd’hui.

La convention de Ramsar (1971), précurseur d’une prise de conscience environnementale au niveau international, a ainsi identifié l’importance des zones humides tant pour leur patrimoine naturel, pour l’interconnexion entre l’homme et les milieux aquatiques, que pour les services écosystémiques qu’elles rendent à l’humanité et ce, bien avant le sommet de la Terre à Rio et la Convention sur la diversité biologique (CDB ; 1992).

Aujourd’hui, l’importance des zones humides est reconnue notamment en termes de fonctionnalités. Il a ainsi été mis en évidence que leur préservation coûte 5 fois moins cher que la compensation des services qu’elles nous rendent, d’autant plus qu’il est quasi-impossible de réellement compenser un milieux naturel fonctionnel ayant été détruit !

Les zones humides constituent en effet :

  • Un filtre naturel de l’eau contre les pollutions (épuration de l’eau et amélioration de sa qualité) ;
  • Un rôle tampon dans le cycle de l’eau et d’atténuation du changement climatique :  écrêtement des crues des rivières, soutien des faibles débits d’étiage avec la restitution progressive des eaux stockées, recharge des nappes alluviales voire phréatiques… ;
  • Un support à diverses activités humaines  :
    • l’agriculture grâce à ses ressources naturelles : herbages, pâturages en période de sécheresse, exploitations forestières… ;
    • l’éducation à travers des sentiers pédagogiques pour la sensibilisation à la préservation des milieux naturels et de la biodiversité qu’ils abritent… ;
    • les activités de loisirs en tant qu’espaces naturels (naturalisme, photographie, randonnées, pêche…) ;
  • Une entité paysagère :  contribuant ainsi à la qualité et à la diversité des paysages ;
  • Un milieu à la biodiversité particulièrement riche : les zones humides abritant une faune et une flore très souvent rares et menacées puisqu’adaptées à leurs caractéristiques si particulières (fort teneur en eau, parfois forte concentration en salinité, etc.).

Dans un contexte très « actuel », de lutte contre le changement climatique, un nouveau service rendu par les zones humides est mis sur le devant de la scène international : celui du stockage du carbone. Une raison supplémentaire ayant poussé le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) à recommander « la non-destruction des écosystèmes à haute valeur carbone comme les tourbières et les marais ».

Cadre de l’inventaire »

Cadre de l’inventaire

Sur le territoire du SAGE Allier aval, les membres de la Commission Locale de l’Eau souhaitent préserver l’ensemble des zones humides et ont formulé plusieurs recommandations de gestion au travers des dispositions suivantes, en accord avec le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Loire-Bretagne 2016-2021 à savoir les dipositions :

  • D 7.4.1 « Protéger les zones humides dans les documents d’urbanisme et favoriser leur intégration dans les projets ».
  • D 7.4.2 « Engager un programme de préservation et de reconquête des zones humides ».

Toutefois, ces objectifs ne sauraient être atteints sans une connaissance préalable des zones humides, tant en termes de localisation que de fonctionnalités, d’usages et d’état de conservation de ces milieux.

L’état des lieux du SAGE Allier aval a mis en évidence des connaissances très disparates concernant les zones humides déjà recensées sur son territoire. Afin de palier à cela, un travail de pré-inventaire a alors été engagé en 2011-2012 permettant d’identifier les secteurs les plus propices à la présence de zones humides.

Ce premier niveau de connaissance s’avère cependant insuffisant pour engager de véritables mesures de préservation et de gestion. En effet, la préservation des zones humides sur notre territoire ne pourra se faire sans l’implication :

  • des exploitants agricoles et forestiers qui valorisent ces ressources naturelles ;
  • des propriétaires fonciers ;
  • des différents acteurs et usagers locaux (DDT, DREAL, associations de protection de la nature, fédérations de chasse et de pêche, APPMA, etc.) ;
  • ainsi que des EPCI et collectivités locales au titre de leur compétence en matière d’urbanisme.

Objectifs de l’étude »

Objectifs de l’étude

C’est pourquoi, dans un souci de cohérence sur l’ensemble du périmètre du SAGE Allier aval, la Commission Locale de l’Eau a souhaité :

  • Engager un inventaire participatif des zones humides au sein des enveloppes de forte probabilité de présence identifiées en 2011-2012 ;
  • Puis sur ces bases, définir une stratégie d’intervention pour leur protection, leur préservation et leur restauration à deux échelles :
    • avec des priorités et mesures à l’échelle du territoire du SAGE à travers notamment des dispositions inscrites dans son Plan d’Aménagement et de Gestion Durable (PAGD) de la ressource en eau et des milieux aquatiques ;
    • et d’autres actions et mesures portées localement, à travers par exemple des Contrats Territoriaux ou des Contrats Verts et Bleus, à l’échelle des principaux bassins versants composant le territoire du SAGE.

Compte-tenu de l’ampleur du territoire à couvrir, cette mission se déroulera tout d’abord sur deux ans (2019-2021) : la priorité étant donnée aux territoires dotés d’une démarche de gestion concertée de l’eau et des milieux aquatiques à l’échelle de bassins versants (EPCI ayant la compétence GEMAPI). Si les financements le permettent, l’étude se poursuivra jusqu’en 2024 avec la réalisation de deux tranches optionnelles de un an chacune.

Portée par l’Établissement public Loire ayant émis un appel d’offre, cette mission a été confiée aux bureaux d’études  :

  • Acer Campestre et CESAME en charge de la partie technique de l’étude : inventaires floristiques et pédologiques (si nécessaires), hiérarchisation des indicateurs de zones humides, élaboration de la stratégie d’action, etc.
  • Contrechamp en appui pour l’importante phase de concertation et de médiation de l’étude.

Cet inventaire se veut participatif, impliquant au maximum les acteurs locaux, gage d’acceptation de la démarche et d’investissement dans la prise en compte et la préservation des zones humides à l’avenir.

Il semble également important de préciser qu’il ne s’agit pas d’un inventaire à vocation réglementaire mais au contraire d’amélioration des connaissances locales. Cet inventaire n’a pas vocation à être exhaustif : les inventaires ne se déroulant qu’au sein des enveloppes de forte probabilité de présence. Néanmoins qu’elle soit recensée dans le cadre de cette étude ou non, toute zone présumée humide concernée par un projet d’aménagement (construction, route…) doit faire l’objet d’une délimitation au sens de la Loi sur l’Eau : les zones humides étant protégées par la loi.

À ce titre, un comité technique local a été créé pour chacun des territoires ci-dessus. Il associe les principaux acteurs locaux concernés, entre autres, les services de l’État (DDT, DRAAF, DREAL, etc.), les EPCI compétents en GEMAPI, les Chambres d’Agricultures, l’Union des Coopératives Agricoles, les Conservatoires d’Espaces Naturels (CEN), la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), les Fédérations Départementales de la Pêche et des Milieux Aquatiques, les Fédérations Départementales de la Chasse, l’Office National des Forêts (ONF), le Centre National/Régional de la Propriété Forestière (CNPF/CRPF), etc.

Ces différents acteurs se réunissent une à plusieurs fois par an pour présenter / discuter de l’étude (selon la phase d’avancement), afin d’affiner la méthodologie appliquée et définir les modalités de concertation locale qui sont ensuite mises en œuvre dans le cadre de Groupes Locaux de Travail.

Les inventaires se basent prioritairement sur le critère floristique avec la reconnaissance de la végétation spontanée et, si nécessaire, sur le critère pédologique permettant de caractériser la nature du sol au moyen de sondages effectués à l’aide de tarières à main.

         Critère floristique : Salicaire commune                     Critère sol : Sondage pédologique

 

Il semble important de préciser que les chargé.e.s de mission en charge des inventaires ne s’intéressent en aucun cas, aux installations, bâtiments et/ou structures privées n’ayant pas de lien avec les zones humides prospectées. De plus, une attention particulière est portée au respect des propriétés privées quelle qu’elles soient (fermeture des enclos, non dégradation des cultures, prairies de fauches, etc.).

Des démonstrations de terrain sont organisées, chaque année, en début d’inventaire et permettent de présenter l’étude et la méthodologie d’inventaire de terrain aux acteurs locaux intéressés (élus, agriculteurs, forestiers, pêcheurs, chasseurs, bénévoles d’associations, agents territoriaux, etc.).

La plaquette d’information ci-dessous reprend les grandes lignes de ces journées.

                                                                                       Version lecture                                                  Version imprimable

 

État d’avancement – Année 1 (2020)

Pour la première année (2020), cet inventaire concerne :

  • Le territoire du Contrat territorial porté par Vichy Communauté et bassins versants limitrophes ;
  • Le bassin versant de la Veyre, dont le Contrat est porté par le Syndicat Mixte des Vallées de la Veyre et de l’Auzon ;
  • Le territoire d’Agglo Pays d’Issoire.

Le découpage géographique est le suivant :

Pour plus de détails sur la démarche engagée, nous vous invitons à consulter les lettres d’informations par territoire par l’intermédiaire des liens suivants :

Les Groupes Locaux de Travail ont été réunis début janvier 2020 dans le but de présenter le déroulement des inventaires, de recueillir les connaissances d’élus, de propriétaires et d’usagers locaux, d’échanger avec eux sur les enjeux associés aux zones humides (usages, intérêts, contraintes, etc.) et de rassurer quant à d’éventuelles craintes vis-à-vis de l’inventaire.

Comme mentionné précédemment, des démonstrations de terrain ont été organisées le 29 juin sur le territoire du SMVVA, les 30 juin et 2 juillet sur le territoire de l’Agglo Pays d’Issoire ainsi que les 6 et 7 juillet sur le territoire Allier / Nord Puy-de-Dôme afin de présenter la méthodologie d’inventaire.

Ces rencontres ont permis de présenter l’étude et la méthodologie d’inventaire de terrain à une soixantaine d’acteurs locaux (élus, agriculteurs, forestiers, pêcheurs, chasseurs, bénévoles d’associations, agents territoriaux, etc.).

Nous tenons à remercier les propriétaires et / ou exploitants des terrains d’avoir accepté que ces démonstrations se déroulent sur leurs parcelles.


Démonstration de terrain sur la commune de Busset (Territoire Allier / Nord Puy-de-Dôme)

Démonstration de terrain sur la commune de Vernet-Chaméane (Territoire Agglo Pays d’Issoire)
Démonstration de terrain sur la commune de Saint-Saturnin (Territoire du SMVVA)

Suite aux investigations de terrain réalisées de mai à septembre 2020, les cartes provisoires recensant les différentes zones humides ainsi délimitées ont fait l’objet d’une consultation publique du 18 janvier au 07 mars 2021 :

Note : les cartes présentées concernaient les inventaires de terrain réalisés en 2020 sur les bassins versants des cours d’eau du SAGE Allier aval sus-mentionnés. Certaines parties de communes situées sur d’autres bassins versants de cours d’eau du territoire de l’Allier aval pourront faire l’objet d’investigations de terrain complémentaires en 2021, 2022 et /ou 2023.

Durant cette phase de consultation publique et en cas de réclamations, l’Établissement Public Loire et les prestataires de l’étude se sont efforcés de répondre au mieux aux différentes interrogations recueillies.

Lorsque la délimitation d’une zone humide était remise en cause, le bureau d’études ayant réalisé l’inventaire en question, revenait sur le terrain, le plus souvent possible en présence du réclamant, afin d’expliciter le plus clairement possible les raisons du classement en zone humide de ladite zone. Si besoin, des sondages pédologiques étaient effectués.

En cas de re-délimitation des contours d’une zone humide, les changements cartographiques ont bien entendu été effectués.

Suite à cette phase de consultation publique et aux différents retours de terrain effectués, des Groupes Locaux de Travail se sont tenus en septembre afin de présenter aux acteurs locaux intéressés, les résultats des inventaires associés.

Ces réunions de restitution se sont déroulées de la façon suivante :

  • Pour les bassins versants de la Veyre et du Charlet :
    • Groupe « Plaine » : le Jeudi 9 septembre 2021 à 9h30 à la salle « Pasteur » de la Médiathèque de Saint-Amant-Tallende (1 Place Dourif, 63450 Saint-Amant-Tallende) ;
    • Groupe « Montagne » : le Jeudi 9 septembre 2021 à 14h00 à la salle du Conseil de la mairie d’Aydat (le Bourg, 63970 Aydat).
  • Pour le territoire d’Agglo Pays d’Issoire :
    • Groupe « Lembronnet, Cé, Ruisseau des Parcelles » : le Vendredi 10 septembre 2021 à 9h30 à la salle N°5 du centre associatif et culturel l’infirmerie, 3 avenue des mineurs, La Combelle, 63570 Auzat-la-Combelle ;
    • Groupe « Eau-mère / Ailloux » : le Vendredi 10 septembre 2021 à 14h00 à la salle des fêtes de Sauxillanges (17 avenue Girod Pouzol, 63490 Sauxillanges).

Lors de ces réunions, ont été présentés une synthèse globale des inventaires réalisés sur les territoires concernés (typologie de zones humides, états de conservation, atteintes/ menaces, etc.), un rappel quant à la réglementation s’y appliquant ainsi qu’un temps d’échanges dédié aux actions de gestion, de préservation et de restauration potentiellement envisageables sur ces milieux.

En complément de ces réunions et pour conclure quant aux investigations menées lors de la première campagne de terrain, 3 Groupes Locaux de Travail de restitution des inventaires réalisés sur le Territoire Allier / Nord Puy-de-Dôme (bassins versants du Merlaude, du Germinel et de l’Agasse ainsi que les masses d’eau accompagnatrices de l’Allier : Sarmon, Jolan, Béron, Darot, Briandet, Sichon, Mourgon, Gourcet, etc.) se tiendront les 6 et 8 décembre prochains.

Les 3 secteurs concernés feront ainsi l’objet d’une réunion dédiée à savoir le :

  • lundi 6 décembre pour la Rive Droite Nord de l’Allier de 09h00 à 12h00 à la salle des Fêtes – 35 avenue de la Gare – 03 260 Magnet ;
  • lundi 6 décembre pour la Rive Droite Sud de l’Allier de 14h00 à 17h00 à la salle de la Bourse du Travail – Mairie de Saint-Yorre – Place de la Mairie – 03 270 Saint-Yorre ;
  • mercredi 8 décembre pour la Rive Gauche de l’Allier de 9h00 à 12h00 à la salle RécréActiv – 6 place Robert Chopard – 03 110 Charmeil.

À destination des acteurs locaux intéressés (élus, agriculteurs, forestiers, propriétaires fonciers, associations, etc.), ces réunions se dérouleront en deux étapes.

Dans un premier temps, les résultats des inventaires de terrain de 2020 vous seront présentés : les typologies de zones humides présentes sur le territoire, leurs états de conservation, les grands types d’atteintes et les menaces les plus fréquentes, etc. Un temps d’échange sera ensuite consacré aux besoins et attentes des différents acteurs pour ce qui est des actions envisageables (gestion, préservation, restauration, etc.).

Dans un second temps, nous vous présenterons la démarche d’inventaires complémentaires de zones humides qui devraient débuter en avril 2022 sur le périmètre du Contrat Territorial porté par Vichy Communauté, sous réserves de l’obtention des subventions associées. Nous solliciterons votre connaissance du territoire lors d’un atelier de travail sur cartes afin d’avoir vos retours, à l’aide de gommettes, quant aux enveloppes de prospections pré-identifiées, que vous nous informiez quant à la gestion mise en œuvre sur certaines zones humides ou encore que vous nous signaliez des projets d’aménagements susceptibles de concerner des zones humides.

 
 

État d’avancement – Année 2 (2021)

Pour la deuxième année (2021), cet inventaire concerne :

  • Les bassins versants de l’Auzon, du Pignols, des Assats,
  • Le bassin versant de l’Artière,
  • Le bassin versant de la Morge,
  • Le bassin versant de l’Andelot,
  • Ainsi que les masses d’eau accompagnatrices de l’Allier à proximité de ces quatre secteurs.

Le découpage géographique est le suivant :

Pour plus de détails sur la démarche engagée, nous vous invitons à consulter les lettres d’informations par territoire par l’intermédiaire des liens suivants :

Quinze groupes de travail locaux ont été organisés la semaine 8 pour le bassin versant de la Morge et la semaine 11 pour les bassins versants de l’Andelot, de l’Artière, de l’Auzon, du Pignols, des Assats et des masses d’eau accompagnatrices de l’Allier dans le but de présenter le déroulement des inventaires, de recueillir les connaissances d’élus, de propriétaires et d’usagers locaux, d’échanger avec eux sur les enjeux associés aux zones humides (usages, intérêts, contraintes…) et de lever d’éventuelles craintes par rapport à l’inventaire.

Afin de présenter la méthodologie d’inventaire, des démonstrations de terrain seront organisées sur chaque territoire d’investigations (cf. carte des secteurs ci-dessus). La liste ci-dessous sera mise à jour régulièrement.

– Secteurs Ambène / Bédat aval, à Charbonnières-les-Varennes, le 21 avril matin,
– Secteurs Morge amont / Morge moyenne, à Montcel, le 21 avril après-midi,
– Secteurs Tiretaine / Bédat amont, à Gerzat, le 22 avril matin.

Note : la démonstration Morge aval / Allier sera réalisée dans le courant du mois de juin, informations et inscriptions transmises prochainement.

-Secteur Andelot amont à Saulzet, le 18 mai matin,

– Secteur Artière (amont + aval) à Beaumont, le 3 juin au matin,
– Secteur Auzon à Chanonat, le 3 juin après-midi,

-Secteur Andelot aval à Broût-Vernet, le 18 juin matin,

-Secteur Morge aval / Allier, le 6 juillet 2021 à 9h30 au plan d’eau de Maringues (rendez-vous place du Foirail à 9h15).

– Secteur Pignols et Allier, le 22 juillet à 9h30 à la maison de l’Espace Naturel Sensible de la Comté (commune de Sallèdes),
– Secteur Assats le 22 juillet à 14h00 à Lignat (commune de Saint-Georges sur Allier).

Note importante : Les périodes et secteurs d’investigations sont complétés ci-dessous au fur et à mesure de l’avancée de la cartographie.

Pour le bassin versant de la Morge, les dates de prospections sont les suivantes (périodes pouvant évoluer en fonction des conditions sanitaires, de l’avancée du terrain et de la météo) :

  • 12 au 30 avril 2021 : Communes de Beauregard-Vendon, Blanzat, Chanat-La-Mouteyre, Charbonnières-Les-Vieilles, Châtel-Guyon, Davayat, Durtol, Gimeaux, Loubeyrat, Manzat, Marsat, Nohanent, Orcines, Pulverières, Saint-Georges-de-Mons, Saint-Ours, Sayat, Teilhede et Vitrac.

  • 03 au 14 mai 2021 : Communes de Blot l’Eglise, Chappes, Charbonnières les Varennes, Enval, Lisseuil, Malauzat, Mozac, Pessat-Villeneuve, Prompsat, Saint-Angel, Saint-Bonnet-Près-Riom, Volvic, et Yssac-la-Tourette.
  • 25 mai au 4 juin : Communes de Cébazat, Chambaron-sur-Morge, Châteaugay, Gerzat, Ménétrol, Varennes-sur-Morge.
  • 7 au 18 juin : Communes d’Artonne, Aulnat, Chamalières, Clerlande, Clermont-Ferrand, Combronde, Jozerand, Lussat, Malintrat, Montcel, Saint-Hilaire-la-Croix, Saint-Pardoux et Saint-Remy-de-Blot.
  • 21 juin au 2 juillet : Communes d’Aubiat, Entraigues, Riom, Saint-Myon, Clermont-Ferrand, Aubière, Pérignat-lès-Sarliève, Cournon d’Auvergne, La Roche Blanche, Lempdes, Mur-sur-Allier, Aulnat, Malintrat, Pont-du-Château, Lussat, Chavaroux et des Martres d’Artière.
  • 5 au 16 juillet : Communes du Cheix-sur-Morge, des Martres-sur-Morge, de Saint-Beauzire, de Saint-Ignat et de Saint-Laure.
  • 19 au 30 juillet : Communes de Bulhon, de Culhat, d’Ennezat et de Lezoux.
  • 2 au 13 août 2021 : Communes de Chavaroux, Joze, Luzillat, Les Martres d’Artière, Saint-Denis-Combarnazat, Sardon, Thuret et Vinzelles.
  • 16 au 27 août 2021 : Communes de Surat, Saint-Clément-de-Régnat, Maringues, Mons et Limons.

  • 30 août au 10 septembre 2021 : Communes de Charnat, Crevant-Laveine et Saint-André-le-Coq.

Pour le bassin versant de l’Andelot, les dates de prospections sont les suivantes (périodes pouvant évoluer en fonction des conditions sanitaires, de l’avancée du terrain et de la météo) :

  • 03 au 14 mai 2021 : Communes de Mazerier, Saulzet, Escurolles, Espinasse-Vozelle, Jenzat, Le Mayet d’Ecole, Saint-Pont.
  • 17 au 28 mai 2021 : Communes de Bègues, Gannat, Poëzat, Charmes, Biozat, Monteignet-sur-l’Andelot, Cognat-Lyonne.
  • 31 mai au 11 juin 2021 : Communes de Chaptuzat, Montpensier, Vensat, Saint-Agoulin, Champs, Saint-Priest-d’Andelot, Saint-Genès-du-Retz.
  • 14 au 25 juin 2021 : Communes de Broût-Vernet, Saint-Didier-la-Forêt, Saint-Remy-en-Rollat et Vendat.
  • 12 au 23 juillet 2021 : Communes de Loriges, Marcenat, Paray-sous-Briailles et Saint-Pourçain-sur-Sioule.
  • 2 au 6 août 2021 : Communes de Contigny et La Ferté Hauterive.

Pour les bassins de l’Auzon, de l’Artière, des Assats, du Pignols et des affluents de l’Allier, les dates de prospections sont les suivantes (période pouvant évoluer en fonction de l’avancée du terrain et de la météo) :

  • 31 mai au 11 juin 2021 : Communes d’Aydat, Beaumont, Ceyrat, Chanonat, Nébouzat, Romagnat, Royat, Saint-Genès-Champanelle et Saint-Saturnin.
  • 2 au 6 août 2021: Communes d’Authezat, Coudes, Montpeyroux, Parent, Vic-le-Comte, Pignols, Sallèdes, Yronde-et-Buron, Saint-Babel, Aulhat-Flat et Orbeil.
  • 9 au 13 août 2021 : Communes de la Roche Blanche, Le Crest, Veyre-Monton, Les Martres de Veyre, Orcet, Le Cendre, La Roche Noire, Mirefleurs, Corent, Saint-Maurice et Laps.
  • 6 au 13 septembre 2021 : Communes de BUSSEOL, CHAURIAT, MUR-SUR-ALLIER, PERIGNAT-SUR-ALLIER, SAINT-BONNET-LES-ALLIER, SAINT-GEORGES-SUR-ALLIER et SAINT-JULIEN-DE-COPPEL.

Cette étude d’inventaire des zones humides et d’élaboration de modalités de gestion sur le bassin Allier aval est cofinancée par l’Union européenne dans le cadre des Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) Auvergne-Rhône-Alpes et par l’Agence de l’eau Loire Bretagne.